Bienvenus dans la cage aux lapins

Parce que la collection « dyschroniques » me fait de l’œil depuis longtemps. Parce que victime d’une fièvre acheteuse subite, je succombai. Parce que la science-fiction-politique est un peu la meilleure.

PCL-SF02-01

 

 

Le texte qui nous intéresse est celui de La tour des damnés par Brian Aldiss, auteur prolifique et multi primé dont je n’avais rigoureusement jamais entendu parlé. Brian Aldiss est surtout un auteur britannique contemporain de Mickael Moorcock. Il publiera quelques textes dans la revue de ce dernier : New Worlds.
Sa nouvelle Les Supertoys durent tout l’été a servie de base pour le film A.I. Intelligence artificielle.

 

« -Quel extraordinaire monument dédié aux souffrances humaines cela ferait ! On devrait laisser cet endroit tel qu’il est pour l’édification des générations futures.
-Le gouvernement de Delhi se refuse à une solution de ce genre. Je comprends son point de vue, et pourtant il serait le premier à bénéficier de l’afflux de touristes que cela entrainerait.
-Les touristes ! Et c’est tout ce à quoi vous pensez ? »
Crawley se mit à rire : « Encore une fois, mon cher, vous êtes trop sensible. Ne croyez pas que je ne prenne pas toutes ces choses à cœur. Il se trouve seulement que le tourisme m’attire d’avantage que la souffrance humaine. »

 

La Tour des damnés paraît pour la première fois en 1968. Le récit d’une centaine de pages met en scène une expérimentation démographique. En Inde, 1 500 couples ont été rassemblés dans une tour. Grâce à un système de surveillance, des scientifiques suivent le développement de cette petite communauté. Le contexte de mis en place de cette expérience reste obscur. L’histoire démarre vingt-cinq ans plus tard alors que l’expérience semble tourner au vinaigre.

Je n’en dirais pas plus pour ne pas gâcher le texte. Cependant, si l’on ne se perd pas dans le décorum science-fictionnesque, on se rend compte qu’Aldiss travaille la question de la liberté. Finalement, les personnes enfermées dans cette Tour sont-elles vraiment prisonnières ? De plus, l’auteur met en scène le rapport de force entre Orient et Occident. Les couples, volontaires, enfermés dans la Tour créent un monde à l’intérieur. Cependant, les maitres de l’expérience n’en ont que faire. Les Indiens placés à l’intérieur ne sont que des jouets entre les mains des scientifiques, notamment des sociologues.

 

Tout ce qu’il connaissait, lui, de l’extérieur, c’était par ouï-dire. Ou par des écrans. Mais à tout prendre, il n’y avait plus tellement de gens qui s’intéressaient aux écrans. Pas même lui.

 

Cette longue nouvelle a donc été un petit bonheur. Tout en simplicité, Aldiss pose quelques questions cruciales. Il a bien sur une dimension incomplète à son propos. Il ne s’agit pas d’un portrait détaillé de la société mais plutôt d’un zoom sur un point précis. La Tour des damnés est donc une excellente découverte, servis dans un très bel écrin. Le récit est accompagné d’une note biographique et bibliographique de l’auteur, mais aussi d’une description bref du contexte lors de la première publication. Car, la collection dyschronique appartient d’une certaine manière au domaine du luxe. En effet, le prix des nouvelles publiés oscille entre 4 et 8 euros. C’est-à-dire le prix d’un poche pour un texte de 100 pages, dont la traduction n’a pas été revue. Cependant, je ne cacherais pas que j’ai hâte de faire l’acquisition des suivants. Dans la mesure où cette collection s’est donnée pour noble mission de remettre en lumière des textes d’excellentes qualités en y accordant le plus grand soin.

 

L’avis des autres compte:
Nébal/Gérard Abdaloff

La tour des damnés, Brian Aldiss, Le Passager clandestin/dyschroniques, 2013, 112p.
De plus, le Passager clandestin propose toutes les nouvelles parus dans la collection dyschroniques en intégrale pour la modique somme de 94e. Pour ceux qui aime les parpaings.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s