Eymerich, l’inquisiteur qui fait plouf.

Parce qu’il était court, malgré que cela m’ait semblé long. 

eymerich1b

 

Nicolas Eymerich, inquisiteur est le premier tome d’une série de roman écrit par Valério Evangelisti. L’auteur italien propose de revisiter l’inquisition au travers du personnage réel d’Eymerich. Toutefois, il ne se contente pas de revoir l’histoire. Evangelisti ajoute une dimension scienfictionnesque. Les romans se déroulent dans trois dimensions temporelles. L’époque de l’inquisition, comme vous vous en seriez douté, le présent et un futur très lointain.

Le projet est ambition, ce qui pourrait, même, justifier l’étalement du cycle. Je me suis donc lancé dans la lecture du premier tome. L’ambition s’est effondrée page après page. Nous suivons Eymerich, les deux autres trames sont absolument mineures.

Au cœur du Royaume d’Aragon se monte un complot contre la chrétienté. Le petit Nicolas nouvellement nommé inquisiteur de la région. L’enquête est prenante, si bien qu’on la quitte à regret. D’autant plus qu’il ne se passe pas grand-chose ailleurs. Du présent, Evangelisti nous donne des extraits d’un manuel scientifique. Ces passages viennent justifier le voyage dans le temps, ce qui nous conduit à l’histoire qui se déroule dans le futur.

Mis bout à bout, les morceaux s’assemblent avec évidence. On attend le twist, le moment où l’auteur va nous surprendre. Or ce moment ne vient pas. Evangelisti pose les bases et puis le roman s’arrête là.

Bien sûr, on ne passe pas un mauvais moment. La lecture est fluide ce dû à une écriture soignée, mais pas lourde. L’enquête menait par Eymerich éveille la curiosité. Cependant, je reste frustrée : la sensation qu’il ne s’est rien passé dans ce livre.

Ce premier tome pose des bases. La question est de savoir si ces bases nous conduisent à quelque chose. Est-ce que l’histoire décolle un jour ?

Peut-être, un jour, je m’aventurais vers le tome 2. Rien n’est moins sûr. Et vous, avez-vous lu la suite ?

Nicolas Eymerich, inquisiteur, Valerio Evangelisti, La Volte, 2011, p208.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s