Mr. Robot : Le Fight club des geeks.

Mr Robot a été la série évènement de l’été. Il faut toujours se méfier de ce qui fait évènement.

mr_robot_fuck_society

Mr Robot ne parle pas de robots, mais de réseaux, plus précisément de hackers. Eliot Alderson est un hacker. Il travaille d’ailleurs dans une entreprise chargée de sécuriser les données informatiques d’autres entreprises nommées Allsafe. L’un de leurs clients n’est autre que la corporation « Evil Corp ». On sent que les créateurs se sont creusés la cervelle pour nous dégotter des noms d’une subtilité unique.

Eliot Alderson, comme tous geeks qui se respecte, a un problème avec l’altérité. De plus, il ne peut s’empêcher d’hacker son entourage : sa meilleure et seule amie, son dealer, sa psy, le propriétaire de son coffee shop. Le premier épisode démarre bien. On ressent un certain plaisir à pénétrer dans la vie de tous ces personnages. D’un point de vue extérieur, le quotidien rébarbatif d’Eliot est tout à fait distrayant.

Cependant, à fin de rythmer l’intrigue, un complot vient s’ajouter au scénario. On plonge progressivement dans l’incompréhensible. D’abord, Allsafe subit une attaque de pirates. Celle-ci est menée par des gens que connait Eliot mais dont le degré d’intimité reste inconnu un long moment. Ensuite, l’enquête sur la mort des parents d’Eliot et sa meilleure amie est rouverte sans l’être. Du coup, la meilleure amie vient taper du pied dans la fourmilière. Bien sûr, tout cela est interconnecté.

Le groupe de pirates veut changer le monde en effaçant les dettes de tout à chacun. Le cheminement scénaristique qui nous amène à cette « révolution » m’a apparu incohérent, parsemé des problèmes d’addiction et existentiels du brave Eliot.

Tout ceci est très long et lourd. Cela se termine comme Fight Club sauf que ce n’est jamais, à aucun moment, drôle. L’analyse de la société est juste inexistante. Ces pirates veulent changer de société, on ne sait pas pourquoi. Parce qu’ils s’ennuient ? Parce qu’ils croient pouvoir le faire ? Parce que c’est de bon ton de faire des séries en mode Occupied Wall Street ? Parce que les Anonymous sont devenus à ce point populaires ? On ne sait pas. On ne saura jamais. D’ailleurs, on s’en moque, car tous les personnages ont le charisme d’une huitre.

Passons courageusement notre chemin. Je soulignerais au passage qu’une autre série évènement a été une déception : la saison 2 de True Détective. La première saison était déjà pénible, là, on ne sait plus quoi en penser. Je vais méditer plus longuement le choix des séries.

Mr. Robot, Sam Esmail, 2015. 10 épisodes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s