Between: La fin de l’enfance.

 

N’ayant peur de rien. Je me suis lancée dans cette courte série (6 x40 min) adolescente. Même si, je n’ai pas été surprise par ce teenage drama, il y quelques éléments qui valent le détour. 

Between

Comme on peut le constater sur l’affiche (au-dessus), il s’agit d’une série Netflix, qui ne se lasse pas de faire l’évènement. Between nous propose une série sur le mode One Tree Hill (Les frères Scott en bon François) et la fin du monde. Pour être juste, ce n’est pas la fin du monde mais de la petite ville de Pretty Lake. Une épidémie décime la ville de tous ces habitants de plus de 21 ans (révolu). Le postulat de départ est tout à fait intéressante. Ce virus se répand avec fascination. Les parents et autres adultes tombent un par un sans savoir qui saura le suivant. En quelques jours, la ville est placé en quarantaine et il ne reste plus d’adultes.

On se retrouve alors avec une brochette de personnages: un noir fermier, une fille enceinte et deux familles (il ne reste plus que les enfants) qui ne peuvent pas s’encadrer. Ces jeunes adultes vont prendre en main la gestion de la crise. Il y a beaucoup à faire comme bruler les morts. Il faudrait aussi se poser des questions de rationnement, mais en fait cela sera seulement quand ils ont le temps. Car malgré l’ambiance fin du monde, tout à chacun poursuit sa vie. Les querelles amoureuses, les rivalités entre les deux familles… Ces non-évènements viennent bien sur plomber le rythme.

Les différentes vies de chacun vient nous démontrer que les adultes sont en fait dispensable. Chacun prend sa part de responsabilité et affronte dignement les épreuves. Between se change en ôde à l’adolescence. Chacun se place dans un entre deux. Pretty Lake se transforme en ville de l’éternelle adolescence: sans parents et sans enfants. Cette transformation est achevé dans le dernier épisode où le gouvernement vient « nettoyer » la ville et où tout les enfants y passent. Au passage, les personnages « moraux » meurent également, sans doute faisaient-ils preuve de trop de raison pour rester dans un monde où le pichet de bière est à 50 dollars alors qu’il n’y a plus de banques. Between offre une vision intriguante et terrifiante. N’étant plus pris en charge par leur parents et n’ayant personne à prendre en charge – puisque plus d’enfants –  que va-t-il advenir de ces éternelles ados? Réponse en 2016 car Netflix a renouvelé cette série pour le meilleur mais plus certainement pour le pire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s