Essai et documentaire : Les Diggers de San Francisco

Alice Gaillard signait la postface de la nouvelle édition de Ringolevio. On n’apprenait pas grand-chose de plus, mais Alice Gaillard se targuait d’avoir réalisé un documentaire sur les Diggers de San Francisco et cela devait valoir le coup.
Ce documentaire est disponible gratuitement sur l’internet, je te laisse chercher comme une grande personne que tu es. En parallèle, Alice Gaillard publie aux éditions l’échappé un essai sur ces mêmes Diggers.

les-diggers

Le documentaire et l’essai suivent la même trame. On démarre par une présentation des années 70. LE documentaire s’appuie sur les images d’archives. Les enfants-fleurs défilent dans les rues sous le regard hébété des salariés.

L’essai s’attarde sur les différents courants en vogue. D’un côté, Le Free Speech mouvement émerge sur le campus de Berkeley et sera l’un des représentants de la nouvelle gauche et de l’autre la tendance psychédélique. Au sein des psychédéliques deux personnages se distinguent : Timothy Leary avec son moco « Trun on, tune in, drop out » et Ken Kesey qui sillonne les États-Unis en van en distribuant des acides. On a déjà croisé ces deux personnages et l’on retrouve assez bien le propos d’Emmet Grogan en beaucoup moins incisif. Timothy Leary s’apparent à un effet de mode en quête pendant que Ken Kesey (auteur de Vol au-dessus d’un nid de coucou) prône un art de vivre.

À Haight-Ashbury, nous nous trouvons au cœur de la déferlante psychédélique. La consommation assidue de drogue constitue un terreau fertile pour l’établissement d’un marché « hype ». Plusieurs boutiques s’ouvrent, leur propriétaire vendent des livres, des vêtements le tout tagué « psychédélique ». Les enfants-fleurs, issu en général de la classe moyenne voir supérieur, leur servent à la fois de main d’œuvre, mais aussi de clientèle. On ne découvre rien de plus que ce qu’Emmett Grogan nous racontait.

Enfin, on arrive à l’apparition des Diggers, émancipation de la Mime Troupe. Alice Gaillard s’efforce de remettre les choses en contexte de trouver ce qui s’est « réellement » passé. Pour ça, il faut minimiser la présence d’Emmett Grogan. On nous parle alors des autres Diggers, notamment Peter Berg dit Le Hun et a priori la tête pensante des Diggers. L’essai déterre les textes des Diggers (Take a cop to diner) et le documentaire nous dévoile une partie des actions au quels ils ont participé ou étaient présent : cérémonie de la mort de l’argent.

L’essai se poursuit zoomant et dézoomant sur la communauté du Haight-Ashbury. Puis vient l’heure du déclin et se pose la question de la suite. C’est à ce moment que le documentaire et l’essai trouvent leur intérêt. Le premier nous montre ce que sont devenus les repas gratuits. Plusieurs groupes proposent de la nourriture gratuitement, certains plus ou moins dans l’esprit Diggers ou de la Mime Troupe. Les descendants ont perdu l’esprit joyeux que pouvait avoir la distribution des Diggers.

Pour ce qui est des anciens Diggers, Peter Berg a fondé Planet Drum, une organisation écologiste. Il prône le biorégionnalisme, une forme d’autonomie. On peut noter que Peter Coyote est lui devenu un acteur hollywoodien.

En conclusion, on ne découvrira pas beaucoup plus avec les travaux d’Alice Gaillard sur les Diggers. Leurs multiples contradictions évoquées dans Ringolevio demeurent. L’essai de Gaillard n’a pas pour bit d’analyser ce groupe, mais de l’entourer de son contexte peut-être même de s’offrir comme un pendant à l’autobiographie d’Emmet Grogan. On en ressort plutôt frustré.

Les Diggers, révolution et contre-culture À San Francisco (1966-1968), Alice Gaillard, L’échappée, 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s