La Famille Pankhurst et les Suffragettes

Après la déroute des Suffargettes, le film, je me suis dit qu’il ne fallait pas que je reste sur cette impression. Je me suis lancé à la recherche de ce documentaire que j’avais aperçu un ou deux ans plutôt sur France 5. Et je l’ai trouvé !

367338suf

Ni paillassons ni prostituées ne sont pas le documentaire le plus pointu et le plus rigoureux jamais réalisé. Il a cette ambiance pop où les photos bougent et on de la musique qui va bien en arrière fond. Cependant, il y a bien des choses à en tirer si l’on se lance dans un visionnage assidu de la chose.

Au commencement, ou plutôt un peu avant les suffragettes, il y avait les Suffragistes. En effet, la lutte n’a pas démarré du jour au lendemain avec Emilie Pankhurst.

La lutte pour le droit de vote des femmes s’est premièrement constituée autour d’une organisation créée par Millicent Fawcett dénommé le National Society for Women’s Suffrage (1867). Leur but était alors simple : les mêmes droits que ceux des hommes. Or à cette époque de la grande Angleterre, les hommes ne bénéficiaient que du suffrage censitaire. La lutte concernait donc principalement les femmes bourgeoises et se concrétisait par une action « lobbyiste » auprès des grands de ce monde (leurs maris).

Ces organisations pouvaient engendrer quelques frustrations ; tout d’abord par son manque d’efficacité, mais aussi par son caractère excluant. En 1903, le Women’s Social and Political Union voit le jour et c’est la naissance des suffragettes à leurs têtes se trouve Emilie Pankhurst. Les suffragettes se battent pour le droit de vote des femmes, mais de toutes. Leurs revendications sont aussi sociales. Leurs actions sont plus médiatiques. Elles s’éloignent de l’influence des partis politiques en place.

121025-suffragettes_01

Emilie Pankhurst se révèle être une générale d’armée dont le second n’est autre que sa fille aînée Christabel. La hiérarchie rigide de l’organisation en fera renoncer quelques-unes. En 1907, Teresa Billington-Greig et Charlotte Despard quittent le WSPU pour fonder le Women’s Freedom League.

Le documentaire s’attarde peu sur les dissensions internes pour se focaliser sur la radicalisation des actions menées par les suffragettes. En 1909, elles franchissent un cap. C’est le début des grèves de la faim pour celles qui sont incarcérées. Plus l’action des suffragettes se radicalise plus les tensions montent à l’intérieur des mouvements pour le droit de vote des femmes. Le NSWS condamne leurs actions qu’elles jugent être un frein au progrès de leur lutte.

Les suffragettes dérangent et font parler d’elle par tous les moyens. Suite à un nouvel échec d’un projet de loi en faveur du droit de vote des femmes, le WSP organise une manifestation dont la répression rebaptisera ce jour le Black Friday. Nous sommes le 18 novembre 1918, trois cents femmes sont présentent, il y aura d’une centaine d’arrestations et au moins deux femmes décédèrent de leurs blessures. Winston Churchill était alors le ministre de l’Intérieur (Home Secretary).

Parmi les multiples tentatives d’entrave aux efforts des suffragettes, il faut signaler l’adoption de la Cat and Mouse Act qui permet de relâcher les suffragettes dont l’état de santé est mauvais (souvent des suites du gavage) et de les rapatrier en prison pour achever leur sentence.

La Première Guerre mondiale éclate et met les activités du WSPU en pause. Emmeline et Christabel Pankhurst observent un renversement de perspective politique. Elles deviennent des soutiens de l’état et encouragent l’enrôlement des hommes et le travail des femmes. Tandis que les deux cadettes Sylvia et Adela Pankhurst développent une position pacifiste ; la guerre n’est qu’un moyen de plus d’oppression des classes populaires).

L’après-guerre voit le droit vote des femmes devenir une réalité, mais aussi un changement politique dans la pensée Pankhurst. Celle-ci est devenue patriote et milite activement contre la Russie communiste. Elle s’éloigne de plus en plus des socialistes pour se rapprocher du parti conservateur.

Emmeline Pankhurst décède le 28 juin 1928.
Christabel quitte l’Angleterre pour les États-Unis où elle devient évangéliste.
Sylvia Pankhurts développe une approche sociale de la lutte pour le droit des femmes, considérant que les conditions de vie précaires ne devraient pas quitter les esprits des suffragettes. Après la Première Guerre mondiale, elle se rapproche du Parti communiste britannique. Cependant, elle ne se reconnaît pas entièrement dans la pensée de Lénine. Décède le 27 septembre 1960. Elle vivait en concubinage avec Sylvio Corio, anarchiste italien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s