Esotérisme et librairies

Mon entrée en possession des Incidents de la nuit, je la dois à l’intervention de Georgette dans la renommée chambre 101. Le synopsis se révélait fort alléchant, un homme part à la recherche d’une revue dont il a rêvé.

IMAG1512

David B n’est pas un petit auteur de la bande dessinée française. Son œuvre, la plus connue et la plus primée, s’intitule L’Ascension du haut mal, un récit autobiographique centré sur son frère épileptique. Bien sûr, je n’ai pas lu. J’espère résoudre ce problème avant la fin de la décennie, ce qui représente peu de temps en fait.

Les incidents de la nuit connaissent un parcours éditorial périlleux. Tout d’abord publié sous forme petite BD dans la collection « mimolette » chez l’Association (dont David B. a participé à la création) en trois parties. Cependant, ces trois parties ne correspondent qu’au Tome 1 de la réédition. On imagine la frustration des fans en délires, car ces trois premières parties abandonnent le lecteur en plein climax.

Tout commence par un rêve où notre personnage principal David B. découvre une revue intitulée Les Incidents de la nuit. Livre dans le livre, les Incidents de la nuit laissent de côté toute réflexion sur le processus créatif pour se plonger corps et âme dans l’univers métaphysique du livre. Pour entrer dans cet univers quelle meilleure porte qu’une librairie ? Les librairies parisiennes occupent la part belle dans le récit de David B. Nous partons à leur rencontre et de leurs étranges propriétaires afin de résoudre le mystère entourant les Incidents de la nuit. L’intrigue prend la forme de l’enquête. David B. se présente comme un enquêteur tout à fait fascinant : passionné, naïf et facilement distrait.

Le Tome 2, inédit, met de côté le personnage de David B. L’enquête prend la forme d’une suite d’actions bourrins, menées par l’inspecteur Humborgne. La dimension ésotérique prend une place croissante. L’auteur s’attache à nous livrer le récit mystique par le personnage du frère de David B. Ces digressions, certes divertissantes, écrasent le reste de l’histoire et ne retrouvent pas le charme du premier tome. Cette suite nous laisse à nouveau en pleine incertitude, sous-entendant un troisième volume.

Les incidents de la nuit, David B. L’association. 2012 et 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s