« Notre alimentation est constitué d’omega 3. Omega 3, ce qu’il fait à l’intérieur ce voit à l’extérieur »

Depuis que j’ai découvert Zai Zai Zai Zai, j’ai décidé de lire Fabcaro. Le monsieur s’est montré prolifique. Il est même l’auteur d’un roman Figurec, publié dans la collection Blanche de Gallimard, excusez du peu. Ce n’est pourtant pas de cela dont je vais vous parler, mais d’une courte BD paru en 2009 chez 6 pieds sous terre et qui se nomme La Clôture.

51Q6vys5zYL._SX195_

La Clôture commence de manière brouillonne. Les saynètes s’enchainent sans prévenir et sans grand sens. Et puis, bien sûr, vous vous doutiez bien qu’il y aurait un « et puis bien sûr », les personnages reviennent se croisent dans les mêmes lieux. Une trame apparait. J’aime bien les trames, ça me donne la sensation que l’auteur a quelque chose de précis à me dire. C’est le cas. Bon, ce n’est pas précis. C’est un sentiment. Celui d’être débordé par la vie (l’AGESSA, la clôture). Tout se déroule comme dans un film où chacun oublie ses lignes, son rôle. Où va-t-on ? Nulle part. On n’a plus le temps d’y penser.
Les dialogues se confondent en slogan publicitaire. Nous sommes mangées.

Les thématiques présentent dans Zai Zai Zai Zai sont déjà présente : la consommation et la loose joviale. Personnellement, je m’identifie à ce récit. J’espère que je serais capable de rire de ma vaine errance sur terre.

La Clôture, Fabcaro, 6 pieds sous terre, 2009

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s