Bilan – Mars 2016

Le mois de mars fut bien étrange. Progressivement, toute motivation et tout énergie m’a déserté. Il y a peu d’exposition ce mois-ci. J’ai manqué Palestine à l’IMA, trop fatiguée. La seule sortie culturelle que j’ai mentionné sur le blog est la la leçon inaugurale d’Alain Mabanckou. Cependant, je suis quand même allé faire un tour Musée des beaux-arts de Caen et le Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg. Ces visites étaient complètement fortuites et je n’ai pas pris de note. C’est sans doute une erreur de ma part car elles étaient très intéressantes. 
Peut-être un jour consacrerais-je un article aux musées au delà du périphérique.

Je_ne_suis_pas_feministe_mais

 

Peu de film aussi, je le regrette plus car beaucoup de chose me faisait envie. Le programme a été bousculé par un autre film que je n’ai pas apprécié. Cela a sans doute contribué à dissoudre ma motivation. Il y a d’ailleurs peu de chose enthousiasmante au mois de mars.

  • « Je ne suis pas féministe, mais… » Sylvie Tissot et Laurence Tissot.
  • The Assassin, Hou Hsiao-hsien, 2016

 

IMAG1579Du côté des livres, la déception de mois est le nouveau roman de Kloetzer. Je pensais que cet auteur ne pouvait aller qu’en progressant, Vostok m’a parut tout à fait quelconque. Il y avait quand même Rire enchainé et Le messager, qui sont des livres vraiment très bien.
Le travail m’a pris du temps de lecture puisque j’ai lu deux mauvais livres :

  • Pour la sociologie, et pour en finir avec une prétendue culture de l’excuse, Bernard Lahire, La Découverte, 2016
  • La pensée extrême, comment des gens ordinaires deviennent des fanatiques, Gérard Bronner, Denoël, 2015.

En ce moment, je lis La maison dans laquelle qui est une épreuve d’endurance mais qui en vaut peut-être la chandelle, je ne sais pas encore. Le reste du mois sera consacré à des lectures sérieuses sur l’édition pour des raisons de boulot  principalement. Peut-être un retour de Harry Potter, plaisir simple et assuré.

album-cover-large-8516--singleDu coup, j’ai décidé de compensé avec la Bande-dessinée :

  • Vivre à en mourir, Jeanne Puchol, Le Lombard, 2014
  • Contrecoups (Malik Oussékine), Jeanne Puchol, Casterman, 2016
  • La Clôture, Fabcaro, 6 pieds sous terre, 2009.
  • Faire danser les morts, Tanxxx, Même pas mal, 2012
  • Esthétique et filature, Tanx et Lisa Mandel, Casterman, 2008
  • Mars, Fabcaro et Fabrice Erre, Fluide Glacial, 2014
  • Like a steak machine, Fabcaro, La Cafetière, 2009

Pour le mois d’avril, je vais me lancer à la redécouverte de Tank Girl voir si ce n’est qu’un plaisir de jeunesse ou autre chose.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s