Festival de la rage – Jour 1

J’essaie un truc nouveau…

ColFab02
Le Festival de la rage a ouvert ses portes.
Le Festival de la rage est gratuit, ouvert à tous et à toute heure.
Le Festival de la rage se déroule toute l’année dans toutes les conditions. Aucune météo ne l’annule. Aucun gouvernement ne le censure.

Le Festival de la rage a annoncé sa venue hier soir. Une douleur aiguë se promenait dans votre ventre, allant et venant comme le métro dans lequel vous vous trouviez. Doucement, votre humeur a fondu. Tout ce que vous entendiez vous le méprisiez. Tout n’était qu’inconfort. Si bien que vous avez fini par adopter une position en retrait ; regardez les gens discuter et vous les détestiez d’autant plus. Était-il possible d’entretenir de si vaines conversations ? Oui, car il peut toujours y avoir pire. L’heure de votre libération ne viendrait jamais trop tôt.

Ce n’est que ce matin que les portes du Festival ont vraiment ouvert. Le Festival de la rage sait se faire subtil et délicat.

Vous aviez décidé de défier votre emploi, en refusant d’enclencher le réveil — première humiliation de la journée — refuser de rejoindre la masse des gens « qui se lèvent tôt ». Le Festival de la rage vous tire du sommeil à 6 h 50, soit dix minutes plutôt que ne l’aurait fait votre réveil. Vous luttez et vous restez au lit jusqu’à 7 h. À 8 h, vous êtes en route, vous n’avez rien oublié, vous ne vous êtes même pas trompé de station et vous êtes la première au boulot soit la première à vous faire exploiter.

Tel est le travail sophistiqué du Festival de la rage.

À 9 h 15, Vieille Connasse vous annonce que votre travail est bien sympathique, mais si vous pouviez le refaire ça l’arrangerait, elle. Vous dites : « oui, oui, oui, oui, mais ça ne va pas être vraiment possible en fait. » Ne jamais dire non, donner une image positive et enthousiaste, montrer que vous respectez Vieille Connasse.

À 10 h, le Quota-cotorep aka Bruno votre boss, ce n’est pas pour rire, vous annonce que vous pourriez faire un effort quand même tout cela donne du boulot à Vieille connasse. Cela vous émeut au plus profond de votre âme.

Tel est le travail peu sophistiqué du Festival de la rage.

Les activités au sein du Festival de la rage sont variées et toujours gratuites. Le Festival vous permet de trouver de l’inspiration pour les pires de vos sentiments. Aucune situation ne lui échappe. Chaque rayon de soleil peut potentiellement devenir la raison de votre rage. Par exemple quand votre collègue Juif-de-gauche vous réconforte : « Je pense que Bruno n’a pas bien compris, c’est vrai que tu n’as pas bien expliqué ». Il n’y a pas d’endroit où fuir car le Festival vous accompagne partout, il est l’ulcère qui ronge votre estomac.

Entre deux gros évènements, le Festival a mis en place des activités que l’on pourrait nommer « gêne ordinaire » l’une d’entre elles est la suivante : « poireaute sur ton quai ». Commun, facile et si efficace. Vous saisissez une place, entamez votre livre. Vous arrivez au moment où le personnage va sauver la jeune femme. Le train est stable, tout ceci est confortable. Car le train n’avance pas. D’ailleurs, le chauffeur vous demande d’évacuer.

Un autre train se présente, vous reprenez espoir. Erreur. Le Festival de la rage ne se lasse de rien. Aucune vilenie n’est trop basse à ses yeux. Vous saisissez une place, entamez votre livre. Vous arrivez au moment où le personnage va sauver la jeune femme. Le train est stable, tout ceci est confortable. Car le train n’avance pas. D’ailleurs, le chauffeur vous demande d’évacuer.

En prendrez-vous pour un troisième tour ? Non, vous vous dérobez encore.

Le Festival vous suit, vous envoyant des messages sur votre téléphone par la voie de votre douce mère : votre petite cousine est enceinte, 20 ans, pas de boulot, pas de diplôme. Elle s’apprête à quitter le domicile paternel pour le domicile conjugal.

Une féministe s’est pendue. Oui, le Festival de la rage n’est pas sans faire de victime.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s