Cali, Colombie, 3 829 hab/km2, 542 km2

Le retour des expos terminé! Vu avant l’avant dernier jour. Il faut dire que j’ai hésité longuement avant de me décider découvrir la rétrospective sur Fernell Franco, cette obscur inconnu. Je n’avais jamais entendu parler du monsieur. Les information a son sujet n’est point prolixe. Né 1942 et décédé en 2006, colombien, a vécu à Cali, d’où le nom de l’exposition…

Visuel-Com-FrancoL’internet offrait peu de renseignement, une ébauche d’article en espagnol sur wikipédia et une interview de sa fille, à peine plus éclairante.

Lorsque j’arrive à la Fondation Cartier une dame me propose une visite guidée gratuite, j’accepte! Et intérieurement, je pense vu le prix encore heureux que c’est gratuit!

Aux premiers mots de la jeune étudiante, qui-bosse-pour-payer-ses-études-loyer-nouilles-lyophilisé, que les visites guidées sont un peu comme les quatrième de couverture. Il ne faut pas les écouter, ne pas les lire, en fait les ignorer royalement est l’attitude la plus saine. Je vous passe les détails de ce désastre.

Je me suis donc débrouillé toute seule errant dans les pièces et entre les photos.

fernell_franco-expo-300x287Rangé par série, l’exposition est très cohérente. Nous débutons par la première exposition de Fernell Franco  intitulé « prostitutas ». Elles sont prises dans le quotidien et l’intimité des prostitués. L’approche documentaire est encore bien présente, mais F. Franco commence à expérimenter par le collage et en jouant sur le degré d’exposition.

Chaque salle correspond à une série, la progression est chronologique et nous pouvons voir la technique du photographe évolué. Le regard journalistique s’efface progressivement et les images sont de plus en plus transformé.

Serie Billares, 1985. Tirage gelatino-argentique, 13,9 x 22,1 cm. Tirage dA’epoque, rehausse par lA’artiste. Collection privee

Il y a d’abord la couleur, qui n’est pas toujours utilisé pour le meilleur. L’une des dernière série s’intitule Destruciones, elle est peut-être la plus touchante de l’exposition. Ce sont des vus de la ville de Cali sur lequel F. Franco n’a pas posé de fixateur. L’image est voué à disparaitre. En fait, il a du la fixer à un moment donné puisqu’il en reste des traces. Ces images sont très belles. Elles sont dépourvus de toute dimension documentaire. Il s’agit uniquement de la vision de Fernell Franco. Ce genre de modification me parait souvent bien artificiel et vaine. Cependant, leurs présentation au milieu de l’oeuvre de l’artiste leur donne un sens. Elle garde une dimension grave. Elles n’ont pas pour but d’esthétiser un paysage, mais plutôt d’accentuer le sentiment que cette vue a pu susciter.

Fernell-franco-fondation-cartier-11

Fernell Franco Cali Claire-obscur, Fondation Cartier, Jusqu’au 5 Juin, 10€

Une réflexion sur “Cali, Colombie, 3 829 hab/km2, 542 km2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s