Lore Kruger, photographe retrouvée

Je ne sais pas vous, mais je trouve que les expos de dernière minute ont un gout plus savoureux. Un gout d’in extremis, sans doute ? Ne me remercie pas pour cette introduction, ça m’a fait plaisir. 

Lore-Kruger-Portrait-1938
Portrait de Lore Kruger par Florence Henri 

J’ai hésité à aller voir Lore Kruger, j’ai aussi trainé des pieds, mais c’est moins intéressant. L’exposition qui la concerne était abritée par le Musée des arts et de l’histoire juive, ça m’embêtait un peu, parce que je soutiens la campagne BDS (Boycott, désinvestissement et sanction). Lore Kruger n’en restait pas moins un personnage intéressant. Elle est donc juive et fuis l’Europe dans les années 30 suite à la montée de l’antisémitisme. Cet « exil » l’amène à visiter plusieurs pays et surtout à rencontrer la photographe Florence Henri.

Lore-Kruger-Quai-de-Seine

Les talents de photographe de Lore Kruger ont été découverts tardivement. Certains clichés ont été définitivement perdus. Pour reprendre le fil de l’histoire, il faut savoir que la carrière de photographe de Lore Kruger démarre dans sa jeunesse, mais s’éteint bien vite après la guerre suite à des problèmes de santé, nous dit-on. 07_lore_kruger_fotogramm_1942_0

Les photos présentées ont été prises entre 1934 et 1944. Ce sont des reportages, mais aussi des expérimentations de l’artiste à travers des photogrammes.  Ces derniers n’ont que peu retenu mon attention. Les reportages ayant par nature ma préférence. On pouvait trouver dans cette exposition, également, quelques natures mortes, qui semblent témoignées de tâtonnement de l’auteur, assez intéressantes bien que les sujets soient des plus quelconques.

Au détour d’un commentaire, on apprend que Lore Kruger avec quelques affinités avec le communisme, une partie de ses connaissances rejoignirent les Brigades internationales pendant la guerre d’Espagne.

lore-kruger-une-photographe-en-exil-1934-1944,M321313

Lore Kruger, une photographe en exil (1934-1944), Musée d’art et d’histoire du judaïsme, du 30 mars au 17 juillets
Exposition conçue par C/O Berlin Foundation, Cornelia Bästlein et Irja Krätke Commissariat de l’exposition
Nicolas Feuillie, musée d’art et d’histoire du Judaïsme

7€ pour les expositions temporaires.

Une réflexion sur “Lore Kruger, photographe retrouvée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s