Un peu de magie

Il y a longtemps, je suis tombé sur une chronique plutôt élogieuse dans Bifrost de ce roman d’Hope Mireless. Je l’avais enfoui dans un recoin de ma tête jusqu’à tomber dessus en librairie. Sa couverture, dans un style particulier, me plaisait parfaitement. Je ne me souvenais plus du sujet, mais je cédais pourtant à l’appel. 

lud-en-brume1

Hope Mireless est une auteure peu connue. Elle est l’auteur d’un seul et unique roman : Lud-en-brume, qu’elle rédige à la fin des années 20. Ses éditeurs français lui construisent une petite légitimité intellectuelle par la fréquentation d’auteure connue de l’époque.

Concentrons-nous sur notre sujet, Lud-en-Brume est la capitale d’un royaume imaginaire qui partage l’une de ses frontières avec le pays de la faërie. Cet univers féerique a été mis de côté, voire oublié, par les habitants du Dorimare. La magie est devenue une source de crainte. Pourtant, il existe un trafic de fruits féerique entre les deux pays. L’histoire, qui prend son temps pour s’installer, démarre véritablement lorsque la jeunesse de Lud-en-Brume succombe aux fruits défendus. Tout cela se transforme progressivement en enquête policière.

Hope Mireless porte plus d’intérêt à ses personnages et à l’ambiance qui les entoure qu’aux péripéties. Elle fait cela avec un certain talent, car on plonge dans l’univers de Lud-en-Brume avec bonheur. Sous couvert d’un monde lisse et enchanteur, l’auteur présente un univers en faite terne dominé par la bureaucratie et les rapports marchands. Elle raconte la transformation de la société de l’aristocratie à la bourgeoisie. Les préoccupations sociales à Lud-En-Brume sont faibles. Hope Mireless ne pond pas un roman avant-gardiste. Elle déplore la perte d’un monde enchanteur où il y aurait encore la place pour la beauté et les sentiments. Les catastrophes s’abattent sur les personnages et à chaque fois, ils semblent en devenir plus humain. Le drame les éveille à la vie. Ils sortent de la passivité et affrontent leurs vies.

Lud-En-Brume n’est pas seulement nostalgique, c’est aussi un texte initiateur. Les personnages adultes sont tour à tour amenés à se questionner et à grandir, mais cette fois spirituellement. Il y a donc beaucoup de choses dans cette petite histoire qui se pare de l’anodin pour nous dire deux ou trois choses importantes.

Lud-en-brume, Hope Mireless, Calidor, 2015.
20€

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s