Irradiés

Je clôture pour un petit moment mon cycle Dyschroniques avec deux nouvelles d’auteurs de SF connus et traitant du risque nucléaire. 

faute_de_temps Faute de temps m’a d’abord laissé perplexe. Sa quatrième de couverture — ne jamais lire les quatrièmes de couverte — indique un texte plutôt mystique en déclarant : « John Brunner imagine un monde hanté par le ressentiment des générations futures ». En fait, John Brunner imagine une histoire quasi policière qui conduit notre héros sur les traces du futur.

Tout commence par la découverte d’un vagabond à moitié mort devant la porte d’un médecin. Un médecin pas comme les autres, puisqu’il est le seul à connaitre la maladie dont est atteint ledit vagabond. Son fils est mort quelque temps plutôt du même mal. Cette maladie est induite par un contact avec des radiations nucléaires qui transforment l’organisme de l’individu le rendant incapable de supporter certaines nourritures. Cette maladie et ses malades sont le cœur du récit. Elle nous montre comment la société peut se transformer physique et culturellement, mais aussi l’inconséquence des puissantes entreprises.
On peut regretter une fin maladroite surtout en comparaison d’une enquête si finement menée.

les_retombeesLes retombés nous parle aussi de nucléaire, mais de façon plus urgente. Nous sommes clairement dans un récit inspiré par Tchernobyl. L’histoire se déroule en France, le souffle de l’explosion vient de balayer une zone géographique. Nous suivons un groupe de survivants. Leur traversée du nuage et puis leur prise en charge par l’armée. Les questionnements sont déplacés par rapport aux deux autres textes que j’ai lus sur le sujet: Canard, Pigeon et Patinette et Faute de temps. Andrevon s’intéresse moins à la menace invisible et à la transformation physique qu’elle engendre qu’à la réaction humaine. Comment les humains vont-ils faire face à cette crise ? La réponse n’est pas joyeuse. L’auteur nous laisse imaginer, peut-être un peu trop, la gestion de la crise et le « retour au calme ». Beaucoup de pistes lancées et très eu de rattrapés.

 Faute de temps, John Brunner, 2015, 7€
Les Retombes, Jean-Pierre Andrevon, 2015, 7€
Le Passager clandestin/dyschroniques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s