Bilan Novembre 2016

On observe un recentrement de l’activité au mois de novembre.

Pour de vrai et vous raconter ma vie fabuleuse, je suis partie en vacance. Je n’emmène pas de BD pendant les vacances pour ne pas les abimer et préserver mon dos. Les expositions ? Je me suis farci 5 jours d’Utopies, ça va quand même, avant d’aller respirer l’air frais de la mer. J’ai dépensé abondamment mon argent dans du papier. La mission avant de l’année est de dilapider la deuxième PAL qui a émergé à côté de la première.
Au moment, où je me disais que ça serait bien que je fasse « un bon qualitatif », faire des articles thématiques, exposés mon savoir, tout ça, tout ça. Non, le but, comme Donald Trump, comme Fillon, pas de quartier. Prendre un livre et le flingue.
Je ne sais pas faire. Ça fait une semaine que je suis sur le Contorsionniste. Je ne parle pas des 10 jours (!) que j’ai passés sur la propagande chinoise.

MADEMOISELLE_120.inddBD : Rien. Néant. Nada. Niet.

Expos : Rien. Néant. Nada. Niet.

Films :

Docteur Strange, Scott Derrickson, 2016.
Miss Peregrine et les enfants particuliers, Tim Burton, 2016.
Captain Fantastic! Matt Ross, 2016
Mademoiselle, Park Chan-Wook, 2016
Les Animaux fantastiques, David Yates, 2016
La Sociale, Gilles Perret, 2016

Livres :

anna-starobinets-le-vivantLe Vivant, Anna Starobinets, Mirobole, 2014
Miss Peregrin et les enfants particuliers, Ransom Riggs, Bayard jeunesse, 2012
Un problème à trois corps, Liu Cixin, 2016
Une logique nommée Joe, Murray Leinster, 2013

De mon canapé :

Vikings, Michael Hirst, History, 2013. Pour la troisième fois, mais quand on aime, on ne compte pas et on ne juge pas trop. Merci.
Le Bureau des légendes, Eric Rochant, 2015. Bonne série d’espionnage. Assez Cocorico. L’intrigue de la saison 1 était plus crédible. La saison 2 est quand même basée sur une histoire de cul mal digéré par Matthieu Kassovitz.
the-young-popeGilmore girls: a year in a life, Amy Sherman-Palladino, The CW, 2016. Mauvais. Passe à côté de toutes les difficultés par lequel pourrait passer un jeune adulte pour se consacrer sur les histoires de fesses de Rory. On revit des situations déjà traitées par la série : dispute avec Lorelai, installation chez les grands-parents, relation avec un homme marié, etc.. Les producteurs ont rajouté à l’image kitsch et parfait du village en le faisant crouler sous les décorations et les guirlandes. Ça dégouline de guimauves. Cette série rejoint le troupeau de production qui ne disent rien et non rien à dire. Abrutissez-vous jeunes gens.
The Young Pope, Paolo Sorentino, Sky Atlantic (It), HBO (USA), Canal + (Cocorico) 2016. Excellente série. Belle, intelligente et drôle. Je lui consacrerai un article prochainement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s