Le sommeil des géants

Malgré les récentes déconvenues, je poursuis dans le mauvais genre avec Le Sommeil des géants, livre de science-fiction écrit par le Québécois Sylvain Neuvel, qui pour de viles raisons commerciales a préféré rédiger son œuvre dans la langue de Shakespeare. 

De nos jours, sur terre, une adolescente fait une chute à vélo. C’est ainsi qu’est découverte une main géante dont l’origine n’est sans doute pas terrestre. Le roman nous emmène avec l’équipe qui va tenter de comprendre l’artefact. Nous n’aurons jamais accès à des sources directes, mais de secondes mains. En effet, le roman se compose d’entretiens, d’écoutes téléphoniques et de journaux de bord. Ce n’est pas sans rappeler World War Z, mais pas tant que ça. Le roman de zombie de Max Brook avait pour but de nous donner une vue globale des évènements. Ici, Sylvain Neuvel s’entête à suivre les mêmes personnages à travers le même narrateur. Car il y a quand même un narrateur, un homme de l’ombre menant les entretiens semblant à la fois invisibles et partout. Si le roman présente quelque chose d’orignal, c’est bien là. Un personnage lie tous les autres et nous permet de comprendre le récit or nous ne serons jamais rien de lui si ce n’est qu’il est un homme. Si au début du récit, on peut légitimement le craindre, la suite de la narration finit par nous le rendre sympathique.

La dimension science-fictionnesque n’est sans doute pas la plus grande qualité de ce livre. Elle est présente mais par défaut. Il n’est pas interdit de penser à Pacific Rim. Sylvain Neuvel s’attache plus aux relations entre ses personnages et à faire avancer son intrigue sous la forme d’une enquête.

Le récit est donc convenu. On apprécie que l’auteur ne se prenne pas totalement sérieux et surtout qu’il maintient une approche pragmatique et ne se vautre pas dans les complots sans queue ni tête. Il a de toute évidence une organisation nébuleuse aux manettes, cependant nous sommes maintenus dans une position où l’on ne peut pas savoir et donc cela ne vient pas polluer la narration. On peut continuer d’apprécier ce divertissement sans prétention.

Le Sommeil des géants —Les dossiers Thémis T1, Sylvain Neuvel, Livre de Poche, 2017
Traduction : Patrick Imbert
19,90 €

Une réflexion sur “Le sommeil des géants

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s