Bons baisers de Basse-fosse

81rD6WvjBXLCela fait quelque temps que La Fille qui n’aimait rien essaye de renouer avec la fantasy. Jusqu’à présent, les retrouvailles n’étaient pas aussi joyeuses qu’espéré. Chien du heaume et sa suite avaient rallumé la flamme, la poussant à redonner sa chance à la fantasy française. Ça tombait bien, puisque les éditions Mnémos venaient de publier La Crécerelle de Patrick Moran. Pas prête à se jeter dans l’inconnu, l’Hydre se rendit en librairie pour feuilleter la chose. C’est donc à peu près aussi mal écrit que Boudicca de Jean-Laurent Del Socorro. Entêtée, elle a jeté un œil à une interview de l’auteur qui déclarait s’être inspiré de la théorie des cordes pour son système de magie, ne lire que de vieux monsieurs blancs et chauves (quand ils sont encore vivants) et réfléchir à « la représentation des femmes dans la fantasy (et à ses limites) ». Elle décida de le laisser à ses réflexions et de se tourner vers de la fantasy qui ne prétend rien. C’est ainsi qu’elle prit dans la bibliothèque d’une amie Le Baiser du rasoir de Daniel Polansky.

J’espère que vous noterez la détermination de la Fille qui n’aimait rien à faire abstraction de toute forme de préjugé, puisque c’est avec un élan optimiste qu’elle se lança dans un deuxième ouvrage publié aux merveilleuses éditions Bragelonne. Elle ne fut pas déçue.

Le Baiser du rasoir est un premier tome, mais doté d’une honnête fin. On y suit les pérégrinations de Prévôt. Renvoyé des forces de l’ordre, Prévôt s’est reconverti dans une profession similaire : dealer et « protecteur » de Basse-fosse. Ce quartier abrite les rebus de la capitale. La noblesse peut poursuivre son bal à l’abri de la misère, jusqu’au jour où une petite fille est retrouvée morte. Son corps porte les traces de terribles sévices. Prévôt se dévoue pour mener une enquête officieuse, parfaitement conscient de l’inefficacité de ses anciens collègues.

Ses investigations le conduiront dans les plus hautes sphères de la société, comme de juste. Il est vrai que la résolution de l’enquête n’est pas des plus originales, pour ne pas dire prévisible. Cela reste une bonne fin, et ne dit-on pas que seul le chemin compte et non pas l’arrivée ? Il me semble avoir lu ça un jour dans un Paulo Cohelo.

Ce chemin nous conduit dans les entrailles de la ville, un décor médiéval et moderne. On sort s’y acheter des bouteilles de whisky, sans doute du Label 5. Prévôt est l’archétype du détective, drogué et désabusé par l’existence. Daniel Polanski ne manque pas non plus de cocher la case critique sociale. Notre narrateur se place du côté des classes laborieuses, entraînant des tirades délicieuses de mépris vis-à-vis de la noblesse empotée et consanguine. Ce cliché éculé du polar s’adapte de façon salutaire à la fantasy, qui manque souvent d’une conscience politique et regarde toujours avec admiration les puissants de ses mondes, faisant perdurer le mythe voltairien du souverain bon et éclairé.

La place des femmes est honorable. Elles campent des personnages secondaires, mais bénéficient d’une personnalité, d’une histoire. Elles agissent par elles-mêmes pour le meilleur comme pour le pire, d’ailleurs.

Cette rencontre du polar, hard-boiled américain, et de la fantasy est une réussite. On n’est pas encore au niveau du Dernier apprenti sorcier de Ben Aaronovitch, mais on s’en rapproche. Bien sûr, pour se procurer la suite, il va falloir sortir la croix et la bannière puisque Bragelonne ne s’est pas donné la peine de publier la suite. On ne va pas s’outrer une énième fois de ce qui est devenu la marque de fabrique de la maison d’édition – avec ses couvertures, ne jamais oublier les couvertures.

Le baiser du rasoir, Daniel Polansky, Bragelonne, 2012.
Traduction : Patrick Marcel
8,90€

Un commentaire sur “Bons baisers de Basse-fosse

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :