Rame, rameur, ramons.

71UNnp2pAPLLa Fille qui n’aimait rien ne s’était jamais abaissée à lire des livres sur l’écriture. Pourquoi vouloir améliorer une prose déjà si parfaite ? Qui a besoin d’astuces aussi révolutionnaires que la non-méthode du sablier ou des flocons de neige ? Pourquoi devenir architecte ou jardinier quand on veut simplement être écrivain ? 

Quand la grande prêtresse de la science-fiction se lance dans des ateliers d’écriture et les publie, n’est-on pas cependant contraint d’y jeter un coup d’œil ? Si. 

Ursula Le Guin ne vous guidera pas sur les mers de l’introspection et de la raison d’être de votre œuvre. Ursula Le Guin vous apprendra à ramer. 

Conduire sa barque se divise en dix chapitres, chacun abordant un aspect de la rédaction. Le but de l’autrice est de vous rendre maître de votre écriture pour que les mots, les temps et les virgules deviennent des outils avec lesquels jouer. N’ayez crainte, les points de grammaire et de conjugaison traités sont suffisamment généraux pour s’appliquer à la langue française. 

Les chapitres s’accompagnent d’exercices. Les propositions de Le Guin m’ont paru plus enthousiasmantes que rébarbatives. J’y ai vu tout ce que cela pouvait m’apporter. Conduire sa barque vous fait prendre conscience de comment vous souhaitez écrire, comment vous écrivez et de comment vous pourriez écrire si l’envie de changer de style, ton, narrateur vous prenait. 

Les exercices proposés peuvent s’appliquer à un travail en cours ou à des textes indépendants. Ursula Le Guin fournit quelques éléments d’histoire afin d’éviter tout manque d’inspiration.

Il y est question des choix de l’auteur dans son écriture, mais aussi de ses effets. Ursula Le Guin ne raisonne pas en termes de bonne ou mauvaise écriture, mais de l’effet recherché. La phrase courte ne vaut pas moins que la phrase longue, toutes deux correspondent à un style de récit. 

Que vous soyez dans le creux de la vague ou que vous glissiez sur les vagues, la lecture de Conduire sa barque ne peut être qu’enrichissante. 

 

Conduire sa barque – Ursula Le Guin – Antigone 14 – 2019
Traduction : Bertrand Augier

3 commentaires sur “Rame, rameur, ramons.

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :