Les Tripodes de John Christopher

Rien de tel qu’un bon livre de jeunesse pour rappeler à la Fille qui n’aimait rien le bon vieux temps. Béni soit l’époque où l’hydre décacéphale ne possédait que six têtes. La Trilogie des Tripodes n’est pas de première jeunesse. Le premier tome, Les Montagnes blanches parait pour la première fois en 1967 (1986 pour nos... Lire la suite →

Bilan avril/mai 2018

C'est le retour des bilans et de l'ordre. Happy fucking birthday, Megg, Mogg and Owl, Simon Hanselmann, Misma, 2017, €25 Fauve d’or de la « meilleure série » 2018. Simon Hanselmann est un bédéaste australien. Megg, Mogg and Owl compose une série de quatre tomes. Chacun retrace les aventures d’une dépressive équipe de perdant. La lecture parfaite... Lire la suite →

Une heure et des poussières (2)

La Fille qui n’aimait rien poursuit sa lecture à rebours des textes de la collection Une Heure Lumière avec circonspection.  La Fille qui n’aimait rien a donc découvert Ken Liu. L’expérience ne fut pas si satisfaisante. Le Regard est un polar dans la veine de Blade Runner. Nous suivons une détective, Ruth Law, marqué par... Lire la suite →

Lu (4)

Après Au revoir là-haut, La fille qui n’aimait rien a décidé de revenir aux lectures de l’imaginaire. La quête onirique de Vellitt Boe, Kij Johnson, Le Bélial', 17,90 € Florence Dolisi (traduction) Nicolas Fructuc (illustrations) La quête onirique est un hommage critique à La quête onirique de Kaddath (1943) de Lovecraft. Cela commence par la disparition... Lire la suite →

Salut d’en-bas!

La Fille qui n’aimait rien n’aime pas les rentrées, mais elle est prête à reconnaitre qu’elle a pu par le passé manquer quelques pépites. Par la sainte grâce d’Albert Dupontel, le mal est réparé. La Fille qui n’aimait rien vénère tellement Albert Dupontel qu’elle n’a même pas vu son dernier opus pour se décider à... Lire la suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :