Des noirs et des cheveux

Il y a quelques mois, je découvrais Charles Stevenson Wright à travers son premier roman autobiographique : Le messager (2014, Le Tripode). L’auteur est à la tête d’une courte bibliographie de trois romans : Le messager, Les tifs (2016, Le Tripode) et Nothing to get alarmed about (1973). Ces trois romans ont été publiés aux États-Unis entre... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :