Winter is de gauche?

L’actualité c’est le mal. La Fille qui n’aimait rien a pourtant été surprise par la qualité de ce petit livre sans prétention.  Il est assez rare que la Fantasy revendique une position politique sans ambiguïté. Le discours entourant une œuvre de Fantasy est souvent accompagné de cette conclusion : mais ça reste du divertissement. Oui, parce... Lire la Suite →

Les Rois de la loose joviale

Les livres sur le punk, ou les mouvements de gauche souffrent des mêmes défauts. Écrits soit par des personnes qui regrettent de ne pas y avoir participé et véhiculent un fantasme assez adolescent, soit par des personnes qui y ont participé et ravivent un souvenir fantasmé, là aussi. Il y a bien sûr des chemins... Lire la Suite →

Bilan de l’été 2018

Après quelques mois à chômer, la Fille qui n’aimait rien est revenue juger les vilains auteurs, pour le plaisir malsain des lecteurs qui se repaissent du malheur des autres. Les lectures de l’été ont débuté avec un tombereau de niaiseries dégoulinantes : Tous les oiseaux du ciel de Charlie Jane Anders. Dire de ce livre qu’il est... Lire la Suite →

Du début de la fin

Longtemps, j’ai tourné autour de ce livre, au moins quelques mois. Les vacances semblaient le moment idéal pour s’attaquer à ce pavé. Trop jeunes pour mourir traite des anarchistes juste avant la Seconde Guerre mondiale. Cela semble venir à point nommé juste après les Ecrits libertaires de Joseph Déjacques. Davranche divise son essai en court... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :